Slasher

Auto-entrepreneur le statut idéal pour les Slashers

Le régime micro-entrepreneur qui remplace le régime auto-entrepreneur est le statut idéal pour permettre aux professionnels ayant choisi la multi-activités de se développer sereinement.

Auto-entrepreneur : un statut simple flexible et sécurisant pour les Slashers

Le statut auto-entrepreneur est intéressant pour démarrer une nouvelle activité. Une forte majorité des auto-entrepreneurs envisagent ce statut comme solution transitoire, un statut simple et flexible qui leur permet de tester la fiabilité de leur projet. Cependant, si cette activité est un tremplin pour un grand nombre, elle représente une activité complémentaire ou un retour à l’activité pour les autres.

Ce statut est pratique car très simple à mettre en œuvre. On peut passer du stade de l’idée à sa concrétisation en moins de 24h et exercer de façon simplifiée, régulière ou ponctuelle avec des formalités administratives simplifiées et des charges sociales et fiscales très allégées.

Concrètement, il suffit de se rendre sur le site de l’URSSAF, sur le portail de déclaration de début d’activité pour choisir son domaine d’activité, son activité, entrer quelques informations personnelles et envoyer un justificatif d’identité par mail et vous devenez auto-entrepreneur.

En plus de sa flexibilité, le statut d’auto-entrepreneur est également très sécurisant permettant à des salariés et à des demandeurs d’emploi d’en profiter, sans pour autant perdre les droits de leur situation de départ.

Cohabitation des statuts de demandeur d’emploi et d’auto-entrepreneur

Depuis octobre 2014, l’auto-entrepreneur peut cumuler son allocation d’aide au Retour à l’Emploi (ARE) avec une rémunération dans la limite de l’intégralité du salaire mensuel moyen sur lequel ont été calculés ses droits au chômage et il est possible d’aller jusqu’au termes des droits. D’un côté, les jours non indemnisés sont reportés et repoussent la date de fin de droit et de l’autre, pour les mois sans recette l’auto-entrepreneur conserve l’intégralité de son ARE.

Cohabitation des statuts de salarié et d’auto-entrepreneur

Un salarié peut cumuler une activité d’auto-entrepreneur et un emploi. Bien que non indispensable, il est préférable d’en informer son employeur. Quelques règles doivent être respectées :

  • Ne pas exercer son activité auprès des clients de son employeur sans son accord,
  • Ne pas exercer son activité pendant les horaires de travail chez son employeur,
  • Respecter les limites / autorisation prévue dans son contrat de travail avec son employeur.

L’auto entrepreneur salarié est tenu de déclarer l’ensemble de ses revenus professionnels, les revenus salariés dans la catégorie des traitements et salaires et les revenus non salariés. Il doit payer des charges sociales au titre de son activité indépendante, même s’il cotise et bénéficie d’une couverture sociale par ailleurs.

Des seuils de chiffre d’affaires limitent cependant l’activité

Les auto-entrepreneurs ont des plafonds de chiffre d’affaires souvent jugés trop bas pour les intéressés : depuis le 1er janvier 2016 : 82 200 euros de chiffre d’affaires pour les commerçants et de 32 900 euros pour les artisans et les professions, avec une tolérance de 90 300€ pour les activités commerciales et 34 900€ pour les autres prestations de services.

Un changement de nom : micro entrepreneur

A partir du 1er janvier 2016, tout auto-entrepreneur va devenir Micro entrepreneur. Il s’opère une harmonisation des traitements entre les micro-entrepreneurs et les entrepreneurs individuels inscrits sous le régime de la micro entreprise.

Trouvetoncommercial.com c’est plus de 200 annonces de missions commerciales (promotion, apport d’affaires, prospection, vente,…) et plus de 800 profils inscrits pour les réaliser (indépendants, seniors, étudiants, agents commerciaux,…) sous différents statuts CDI, CDD, intérim, prestation, portage salarial… Rejoignez-nous sur http://trouvetoncommercial.com